• Alex 50km Lahti Champion
    • Camp en Autriche avec le CNEPH, par Samuel Desrosiers, Skibec Nordique

      October 14, 2011

      DSCF1174.JPG

      Tout d’abord, pour ceux qui ne me connaissent pas, je m’appelle Samuel Desrosiers et je suis l’entraîneur adjoint de Skibec depuis maintenant 2 ans. Dans le cadre du programme EEHP offert par Ski de fond Canada, j’ai eu la chance, du 19 septembre au 5 octobre dernier, d’accompagner le Centre national d’entraînement Pierre Harvey lors de leur camp à Ramsau en Autriche. Ceci m’était offert dans le but de me perfectionner en côtoyant des entraineurs et des athlètes de haut niveau.
       
      L’objectif principal de ce camp est de maximiser le nombre d’heures d’entraînement sur neige en allant skier sur le Glacier Dachstein. Le premier objectif que je me suis fixé était d’en apprendre davantage sur la façon de gérer l’entraînement en altitude et je crois que Godefroy avait une excellente façon de le résumer : « C’est plus facile de régresser que de s’améliorer sur un glacier à haute altitude. » L’entraînement sur le Dachstein se fait à 2700 mètres d’altitude, ce qui veut dire que les pulsations cardiaques sont une priorité. Il est primordial que les athlètes respectent leur zone d’entraînement habituelle. Sur un camp de 2 semaines, il est facile de se fatiguer. C’est à ce moment que le rôle des entraîneurs entre en jeu. C’est à nous d’assurer un suivi constant avec les athlètes pour évaluer leur niveau d’énergie et de récupération tout au long du camp, ce qui concordait bien avec mon second objectif qui était d’améliorer ma communication et mes rétroactions avec les athlètes. J’ai donc eu la chance d’avoir 4 athlètes sous ma charge. Je devais m’assurer chaque jour qu’ils avaient l’énergie optimale pour participer à chaque entrainement. Comme la priorité était mise sur les entraînements en ski, on coupait les entraînements sur terrain sec en après-midi si on en sentait le besoin. Je devais donc être attentif à tous les détails pour m’assurer que les athlètes ne dépassaient pas le point de non-retour. Advenant qu’on détectait des signes de fatigue, on réduisait le nombre d’heures jusqu’à ce qu’on ait retrouvé l’énergie nécessaire pour recommencer des entraînements de qualité. Ces athlètes de haut niveau accordent un temps énorme à leur entraînement et ceci m’a fait réaliser à quel point il est important de bien gérer tous les aspects de leur programme, que ce soit les pulsations, le sommeil, l’alimentation… Par contre, je peux vous assurer que la forme était au rendez-vous et que les athlètes ont eu un camp très bénéfique.

      DSCF1114.JPG
       

      Cette année était plutôt particulière pour ce qui était des conditions de ski sur le glacier Dachstein. Les seules précipitations de neige que nous avons eues étaient de l’ordre de 10 centimètres la veille de notre arrivée. Juste assez pour skier mais pour combien de temps ? Nous devions à la base faire 3 blocs de 3 jours avec 2 jours de repos entre chaque bloc. Lors de notre première journée de ski, nous avons vite réalisé qu’il serait préférable de modifier le programme. La température était de 6 degrés sur le glacier à 8h00 du matin et les conditions se dégradaient rapidement à cause du soleil qui plombait sur la piste. Donc pour profiter au maximum du ski, nous avons décidé de faire un bloc de 5 jours et de réévaluer par la suite en fonction des conditions. Suite à ce premier bloc, nous avons tenté de trouver une autre alternative, mais nous avons réalisé que Dachstein restait le meilleur site d’entraînement dans les environs. Les conditions devenaient de plus en plus glacées, mais j’ai vite réalisé que c’est ce que nous pouvions demander de mieux pour l’entraînement. Celles-ci permettaient aux athlètes du CNEPH de perfectionner encore plus leur équilibre, de pratiquer des virages glacés, de travailler leur technique sur le klister… Bref, ceci leur permettait de prendre une longueur d’avance sur leur saison et d’apprécier davantage les conditions à partir de décembre ! Ils auront acquis en seulement quelques jours, une confiance sur leurs skis qui n’est pas donnée à tous les skieurs à ce temps-ci de l’année. C’est suite à cette constatation que nous sommes retournés sur nos skis pour un second bloc de 5 jours. Nous en sommes donc sortis gagnants après avoir complété 10 jours de ski au lieu de 9 comme il était prévu au départ. Mon rôle durant ces journées était de prendre le plus de vidéo possible pour évaluer leur technique. Cela m’a permis de m’améliorer énormément à ce niveau. C’est impressionnant à quel point les athlètes avaient progressé après seulement le premier bloc. On pouvait donc dire que l’objectif principal du camp était atteint. C’est un réel avantage pour ces athlètes qui entameront rapidement leur saison de compétitions. 
       
      J’ai vécu une expérience incroyable lors de ce camp et j’ai grandement appris. Je remercie Ski de fond Canada de m’avoir offert cette opportunité. Un énorme merci également à Godefroy Bilodeau et à Sacha Bergeron pour leurs précieux conseils tout au long du camp et également merci aux 11 athlètes présents qui ont rendu mon expérience encore plus enrichissante.
       
      Bonne saison à tous !
       
      Samuel Desrosiers